abstract Provost

La conversion des temples païens de Philippes (IVe-VIe s. apr. J.-C.) : entre conservatisme et pragmatisme.

Samuel PROVOST (Université de Lorraine, EA 1132 – HISCANT-MA)

 

 

La christianisation de l’urbanisme de Philippes (Macédoine) présente un cas bien connu de continuité topographique presque systématique entre les édifices publics, civils et religieux, de la ville romaine et les nouvelles églises chrétiennes : sur les cinq grandes églises intra muros identifiées, quatre succèdent à des monuments publics et deux d’entre elles, de façon certaine à un ensemble cultuel païen. Les modalités de cette succession sont toutefois bien différentes et combinent les principaux différents cas de figure observés de la christianisation des sanctuaires observés dans le monde méditerranéen : la destruction complète pour faire table rase d’un édifice païen avant la construction de l’église  (le capitole de la colonie remplacé par la basilique A), la conservation et le remploi d’une partie de la structure par pur pragmatisme (le temple hellénistique transformé en citerne dans l’atrium extérieur de la basilique A) et enfin la conservation et la conversion du temple dans le nouveau contexte religieux chrétien (l’hérôon hellénistique et son téménos intégrés au complexe de l’église de Paul puis de l’Octogone).

Ce dernier exemple présente un cas unique en Grèce continentale de continuité, presque sans hiatus chronologique apparent, entre le paganisme et le christianisme sur un même lieu, et surtout de volonté manifeste de la part des chrétiens de conserver dans la mesure du possible l’édifice de culte païen : les vestiges de l’hérôon sont préservés dans les reconstructions successives de l’église très probablement parce qu’ils deviennent partie prenante du cadre monumental d’un culte martyrial chrétien qui s’est substitué au culte civique de l’hérôon originel. Cet exemple a donc été régulièrement et encore récemment mis en avant pour illustrer un phénomène de syncrétisme qui caractériserait l’Église de Philippes (Verhoef 2008).

L’interprétation archéologique de cette séquence reste toutefois sujette à caution dans la mesure où les fouilles grecques de l’Octogone n’ont jamais fait l’objet d’une publication finale : elles ne restent connues que par les seuls rapports de fouilles annuels, à l’exception d’un article (Mentzos 2005), l’une des rares publications récentes entièrement consacrées à la question de la topographie chrétienne de Philippes. Son auteur, membre de l’équipe archéologique originelle de l’Octogone, apporte toute une série d’informations stratigraphiques jusque-là inédites pour soutenir une thèse originale sur la conversion du paysage monumental de la ville autour du souvenir de l’apôtre Paul.

La communication proposée montrera que cette réinterprétation se heurte à plusieurs obstacles archéologiques insurmontables, concernant notamment la topographie religieuse hellénistique et romaine de la ville et la chronologie du programme monumental chrétien. Plus largement, elle proposera d’expliquer le traitement différencié des temples païens par des considérations pratiques aussi bien que par des contraintes juridiques sur la préservation du cadre monumental de la ville antique.

 

Références :

Mentzos 2005 = Mentzos A. « Ζητήματα τοπογραφίας των χριστιανικών Φιλίππων [Recherches de topographie de Philippes chrétienne] ». Egnatia. 2005. Vol. 9, p. 101-156.

Verhoef 2008 = Verhoef, E. « Syncretism in the church of Philippi ». Hervormde Teologiese Studies. 2008. Vol. 64, n°2, p. 697-714.


Une réflexion au sujet de « abstract Provost »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *