Appel à des communications: D’une religion à l’autre. La conversion des lieux de culte dans les religions du monde méditerranéen

MMSH, Aix-en-Provence

10-12 Oct 2012

Les cultes s’inscrivent nécessairement dans un espace donné. Selon une formule célèbre de M. Eliade, cet espace sacré doit en réalité être « révélé ». Une telle conception suppose cependant un monde idéal, un début absolu, un espace inoccupé – en un mot un sol vierge. Or la plupart des religions voient le jour dans un espace dont la géographie sacrée est déjà établie – et où, souvent, plusieurs religions cohabitent ou ont cohabité. De fait, la plupart des lieux de culte ont connu une pluralité de religions et la plupart des sanctuaires ont été confrontés à plusieurs reprises à des modifications de leurs titulaires divins. Si le passage du polythéisme antique au christianisme – et la « christianisation » corrélative des temples païens – constitue un cas de figure bien connu car largement exploré par l’historiographie récente, la conversion d’églises en mosquées, en musées, voire en cinémas, est également attestée fréquemment. Dans quelle mesure et selon quelles modalités les sociétés dont l’allégeance religieuse change préservent-elle leurs espaces sacrés ? Dans quelles circonstances l’espace ou l’édifice cultuel se voit-il remanié et quand décide-t-on au contraire de consacrer un nouvel édifice et en quoi les édifices sacrés « reconvertis » diffèrent-ils des lieux de culte nouvellement construits ? Comment les autorités religieuses convertissent-elles les édifices en eux-mêmes, mais également les enclos et les limites des lieux de culte ? Il ne s’agira pas seulement de relever la nature ou la fréquence de ces transformations, mais aussi de s’interroger sur leur absence, le cas échéant, ainsi que sur la signification de la préservation dans le cadre d’un changement de religion. Peut-on observer des modalités différentes selon que la transformation s’inscrit dans un processus lent ou intervient à la suite d’une conquête ? Il s’agira donc d’étudier le phénomène de la conversion des lieux de culte comme une modalité spécifique du contact entre les religions, entre continuité topographique, fonctionnelle, rituelle et symbolique.

Les contributions (en français ou en anglais) traiteront, à partir de toutes les sources disponibles, d’exemples concrets issus de tout contexte religieux méditerranéen, et pour toute période allant de la Protohistoire au XXIe siècle. L’ensemble des modalités et des procédures de « conversions » des lieux de culte pourront être envisagées : le passage d’une divinité à une autre au sein des polythéismes antiques, la transition entre paganisme et christianisme, la conversion d’un lieu de culte dans le cadre des monothéismes, mais aussi la « profanation » éventuelle d’anciens édifices sacrés – autrement dit leur déconsécration et leur utilisation pour un usage profane. De même, toutes les modalités de la transformation pourront faire l’objet d’un questionnement, de la simple adaptation de l’espace préexistant à des remaniements plus lourds – destructions ou reconstructions partielles, adjonction d’annexes… Pour cette raison, les communications consacreront une partie de la discussion à la question spécifique de la manière dont les limites de l’espace sacré antérieur voient redéfinies lors de la conversion d’un lieu de culte d’une religion à une autre ou d’un espace sacré à un espace profane. La notion de « délimitation » de l’espace sacré est ici prise dans une acception large, renvoyant tant à l’implantation du sanctuaire dans son environnement urbain, périurbain ou rural qu’aux limites extérieures de l’enclos, ou encore aux divisions et hiérarchisations internes au lieu de culte (qui définissent différents degrés ou régimes de sacralité). L’un des objectifs de cette rencontre étant le dialogue interdisciplinaire, nous souhaitons réunir des approches issues de disciplines telles que l’anthropologie, l’archéologie, la géographie, l’histoire et le droit.

Les personnes intéressées peuvent adresser à Daniel Stökl Ben Ezra ou Emmanuelle Rosso une proposition de communication comportant le titre ainsi qu’un bref résumé (environ 500 mots) de celle-ci, à laquelle ils joindront une rapide présentation de leurs thèmes de recherche privilégiés. Les propositions devront être envoyées avant le 26 mai 2012. Seuls certains participants étant susceptibles d’obtenir d’un remboursement de leur voyage et de leur logement, nous vous prions de bien vouloir indiquer les financements dont vous pouvez bénéficier de la part de vos institutions d’origine.

Emmanuelle Rosso : rosso_emma@yahoo.fr

Daniel Stökl Ben Ezra: stoekl@mmsh.univ-aix.fr

call for papers: Converting sacred space : 10-12 oct 2012

Conference on Converting Sacred Space

Call for papers

Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Home, Aix-en-Provence, FRANCE

10-11 oct 2012

Reality of human life – still – requires religions to be anchored in space. According to a famous dictum of Mircea Eliade, such sacred space has to be revealed. Such a concept presumes, however, an ideal world, an absolute beginning, empty space, and a virgin soil. Most religions come into being in a world whose sacred geography is already established. Most places have seen several religions. Many sanctuaries changed their religion several times. The Christianization of temples is a frequently named example. Turning churches into mosques, museums or cinemas is another one. To what extent do regions and societies whose religious allegiance changes preserve or not sacred space? Under which circumstances are buildings or space preserved or rearranged and when do religions choose to consecrate a new different space? Which regional differences exist in one and the same religion with regard to the attitude to preserve or not sacred space? How do converted sanctuaries differ from newly constructed buildings of the same religion? How do religions handle the conversions of buildings and precincts with regard to boundaries of sacred space? Can we observe different patterns with regard to slow transformation processes vis-à-vis conquests? The aim is to study the conversion of sites of worship in the context of the encounter between religions with regard to continuity in topography, function, rite and/or symbolism.

We invite papers dealing with concrete examples of any Mediterranean religion and any period (from prehistory to the 21st century). Any type of “conversion” can be envisaged: from one divinity to another inside ancient polytheistic religions, the transition from “polytheism” to “monotheism” (or back), the profanation of space previously used for worship. Also any type of transformation can be the object of the analysis: from the simple adoption of preexistent sacred space to complete transformations, destruction, partial reconstruction, addition of annexes, etc.

Papers (that can be given in French or English) should make a wider claim about a certain religion, region or period. Contributions should devote some part of the discussion to the specific question as to how the boundaries of sacred space are redefined in the process of conversions of sanctuaries from one religion or denomination to another or from sacred to profane. “Boundaries” is taken in a wide sense meaning the outer limits of the precinct, the inner divides between areas of varying levels of sacredness, or the setting of the sanctuary in the urban or rural environment. As one of our aims is interdisciplinary dialogue, we welcome proposals from all relevant disciplines, in particular anthropology, archaeology, geography, history and law.

Potential participants are asked to send abstracts of about 500 words (French or English) and a concise description of your general research to Emmanuelle Rosso or Daniel Stökl Ben Ezra until May 26 A certain number of speakers can receive funding for travel and lodging. Please indicate additional funding from your organizations if available.

Emmanuelle Rosso : rosso_emma@yahoo.fr

Daniel Stökl Ben Ezra: stoekl@mmsh.univ-aix.fr