Appel à des communications: D’une religion à l’autre. La conversion des lieux de culte dans les religions du monde méditerranéen

MMSH, Aix-en-Provence

10-12 Oct 2012

Les cultes s’inscrivent nécessairement dans un espace donné. Selon une formule célèbre de M. Eliade, cet espace sacré doit en réalité être « révélé ». Une telle conception suppose cependant un monde idéal, un début absolu, un espace inoccupé – en un mot un sol vierge. Or la plupart des religions voient le jour dans un espace dont la géographie sacrée est déjà établie – et où, souvent, plusieurs religions cohabitent ou ont cohabité. De fait, la plupart des lieux de culte ont connu une pluralité de religions et la plupart des sanctuaires ont été confrontés à plusieurs reprises à des modifications de leurs titulaires divins. Si le passage du polythéisme antique au christianisme – et la « christianisation » corrélative des temples païens – constitue un cas de figure bien connu car largement exploré par l’historiographie récente, la conversion d’églises en mosquées, en musées, voire en cinémas, est également attestée fréquemment. Dans quelle mesure et selon quelles modalités les sociétés dont l’allégeance religieuse change préservent-elle leurs espaces sacrés ? Dans quelles circonstances l’espace ou l’édifice cultuel se voit-il remanié et quand décide-t-on au contraire de consacrer un nouvel édifice et en quoi les édifices sacrés « reconvertis » diffèrent-ils des lieux de culte nouvellement construits ? Comment les autorités religieuses convertissent-elles les édifices en eux-mêmes, mais également les enclos et les limites des lieux de culte ? Il ne s’agira pas seulement de relever la nature ou la fréquence de ces transformations, mais aussi de s’interroger sur leur absence, le cas échéant, ainsi que sur la signification de la préservation dans le cadre d’un changement de religion. Peut-on observer des modalités différentes selon que la transformation s’inscrit dans un processus lent ou intervient à la suite d’une conquête ? Il s’agira donc d’étudier le phénomène de la conversion des lieux de culte comme une modalité spécifique du contact entre les religions, entre continuité topographique, fonctionnelle, rituelle et symbolique.

Les contributions (en français ou en anglais) traiteront, à partir de toutes les sources disponibles, d’exemples concrets issus de tout contexte religieux méditerranéen, et pour toute période allant de la Protohistoire au XXIe siècle. L’ensemble des modalités et des procédures de « conversions » des lieux de culte pourront être envisagées : le passage d’une divinité à une autre au sein des polythéismes antiques, la transition entre paganisme et christianisme, la conversion d’un lieu de culte dans le cadre des monothéismes, mais aussi la « profanation » éventuelle d’anciens édifices sacrés – autrement dit leur déconsécration et leur utilisation pour un usage profane. De même, toutes les modalités de la transformation pourront faire l’objet d’un questionnement, de la simple adaptation de l’espace préexistant à des remaniements plus lourds – destructions ou reconstructions partielles, adjonction d’annexes… Pour cette raison, les communications consacreront une partie de la discussion à la question spécifique de la manière dont les limites de l’espace sacré antérieur voient redéfinies lors de la conversion d’un lieu de culte d’une religion à une autre ou d’un espace sacré à un espace profane. La notion de « délimitation » de l’espace sacré est ici prise dans une acception large, renvoyant tant à l’implantation du sanctuaire dans son environnement urbain, périurbain ou rural qu’aux limites extérieures de l’enclos, ou encore aux divisions et hiérarchisations internes au lieu de culte (qui définissent différents degrés ou régimes de sacralité). L’un des objectifs de cette rencontre étant le dialogue interdisciplinaire, nous souhaitons réunir des approches issues de disciplines telles que l’anthropologie, l’archéologie, la géographie, l’histoire et le droit.

Les personnes intéressées peuvent adresser à Daniel Stökl Ben Ezra ou Emmanuelle Rosso une proposition de communication comportant le titre ainsi qu’un bref résumé (environ 500 mots) de celle-ci, à laquelle ils joindront une rapide présentation de leurs thèmes de recherche privilégiés. Les propositions devront être envoyées avant le 26 mai 2012. Seuls certains participants étant susceptibles d’obtenir d’un remboursement de leur voyage et de leur logement, nous vous prions de bien vouloir indiquer les financements dont vous pouvez bénéficier de la part de vos institutions d’origine.

Emmanuelle Rosso : rosso_emma@yahoo.fr

Daniel Stökl Ben Ezra: stoekl@mmsh.univ-aix.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *