abstract Maglio

De la part du conquéreur, l’architecture qui change : le nouveau visage des églises chrétiennes à Rhodes pendant l’époque ottomane (XVIe-XXe siècle)

Emma Maglio

 

On va se concentrer sur la Méditerranée orientale, en particulier sur l’île de Rhodes, qui fut l’objet de plusieurs dominations. Ça détermina le changement du culte et souvent, comme dans la plupart de la Méditerranée, la continuité d’usage des sites religieux. La ville médiévale de Rhodes, contrôlé par les Chevaliers de St-Jean, renfermait dans son enceinte plus de 60 églises. Après la conquête ottomane (1522) les turcs occupèrent la ville, les chrétiens en furent éloignés et leurs églises dépouillées. Selon l’usage ottoman on bâtît de nouvelles mosquées mais il y eut aussi la réutilisation de l’architecture préexistante : les églises chrétiennes furent converties en mosquées (djami) ou salles de prière (mesdjidi). Dans peu de cas elles devinrent maisons, en subissant une « profanation » qui aurait été guérie au XXe siècle.

L’appropriation des églises (19 furent celles encore existantes qui devinrent mosquées) se concrétisa par la construction d’une niche de mihrab (creusée dans le mur ou saillante dans la nef) et un minaret : ça modifia le skyline urbain jusqu’à nos jours, puisque la majorité des minarets survit (au contraire d’autres îles qui furent ottomanes). Les mosquées plus vastes furent douées aussi d’un porche et d’une fontaine, en imitation des mosquées de fondation. Tous les bâtiments, qui avaient maçonnerie a vista, furent couverts avec couches épaisses d’enduit : dans les églises ça causa la disparition des fresques médiévaux.

On va analyser trois exemples très signifiants. Le premier est la mosquée de Murad Reis, bâtie dans l’homonyme türbe (cimetière privé) où, à l’âge médiéval, il y avait l’église de St-Antoine avec le cimetière de l’Ordre : un cas de « substitution » symbolique, en comparaison avec la disparition de l’ancien bâtiment. Les autres deux, en revanche, témoignent la transformation physique du bâtiment bien que dans la conservation de l’architecture. La petite église de S. Spyridion, remaniée jusqu’à l’âge des Chevaliers, devint mesdjidi (Kavakly mesdjidi) et fut douée de deux niches de mihrab dans un mur de qibla posé de façon transversale dans l’église ; un petit minaret fut érigé. La cathédrale latine de S. Marie du Château, à plan cruciforme avec couronnement crénelé, subit de transformations qui la rendirent (Kantouri djami) proche aux mosquées de fondation : on réalisa un porche à coupoles et colonnes de remploi, une fontaine et un haut minaret.

Ces bâtiments représentent d’exemples intéressants de la transformation de lieux de culte chrétiens en mosquées pendant l’âge ottoman, une procédure commune soit au cœur qu’à la périphérie de l’empire. Le cas de Rhodes se révèle significatif parce que les sources récents (relevés et photos du XXe siècle, rapports de voyage du XVIIIe-XIXe siècle) et les édifices actuels permettent de mener plusieurs études. D’abord l’étude des symboles chrétiens, comme les fresques survivants, en récupérant informations sur les sujets iconographiques et les commettants. Après l’observation des modalités de transformation architecturale, des dispositifs de décoration et de la spatialité religieuse des petites mosquées, puisque dans le Levant ces éléments ont été presque partout effacés par les restaurations.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *