abstract Donabedian

Conversion des lieux de culte en Arménie. Transition du paganisme au christianisme. Autres cas de conversion.

Patrick Donabédian, LA3M, CNRS / Université d’Aix-Marseille

Résumé

 

  1. La transition du paganisme au christianisme.

Les sources arméniennes qui relatent le baptême de l’Arménie au début du IVe s. indiquent que l’adoption du christianisme s’accompagna de la destruction immédiate et totale des temples païens. Les témoignages archéologiques et architecturaux semblent le confirmer. En effet les vestiges de temples sont très peu nombreux en Arménie pour la période qui précède le IVe s. et on ne connaît pas d’exemple de temple qui ait été transformé en église. Mais dans les édifices chrétiens considérés comme les plus anciens, les historiens de l’architecture se sont souvent efforcés de trouver ou de prouver la présence de strates préchrétiennes. On évoquera les principaux monuments à propos desquels cette question est posée et on signalera les arguments pour et contre une origine préchrétienne.

 

  1. Autres cas de conversion.

On relèvera en un second temps les éléments architecturaux probablement liés aux rattachements au dogme de Chalcédoine, plusieurs fois imposés par Constantinople à l’Eglise arménienne (surtout au VIIe s.), ou à l’adhésion d’une partie de la société arménienne à l’Eglise orthodoxe de Géorgie (fin XIIe-XIIIe s.). Relevant moins du sujet du colloque, l’impact de la conversion des communautés arméniennes d’Europe centrale au catholicisme, et l’adaptation au milieu persan de la population déportée à Ispahan au XVIIe s. ne seront cités que pour mémoire. En revanche, quelques cas de conversion de lieux de culte arméniens à l’orthodoxie russe, à la période moderne, auront leur place ici. Enfin on relèvera la différence de traitement des lieux de culte (destruction, changement d’affectation, transfert d’un culte à un autre, restitution à l’Eglise arménienne…) après disparition ou affaiblissement des communautés arméniennes, selon les pays concernés : Turquie, Azerbaïdjan, Géorgie et Iran.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *