abstract des Courtils

D’une Mère à l’autre : Continuité et changements au Létôon de Xanthos

Jacques des Courtils
Ausonius – Université de Bordeaux
Institut Universitaire de France

Entre le Ve siècle avant J.-C. et la fin de l’antiquité, le sanctuaire de Xanthos a été le théâtre de deux conversions : d’une divinité primitive des sources à la déesse Léto et de celle-ci au culte chrétien (Panaghia ?). Ces passages se sont produits dans des modalités tout à fait particulières que l’archéologie et l’épigraphie ont progressivement sinon complètement dévoilées.

Le passage de la divinité des sources (d’origine anatolienne) au culte de Léto et de ses deux enfants paraît avoir été imposé à la population de la Lycie par un souverain indigène mais fortement hellénisé, le dynaste Arbinas, qui a ainsi réalisé avec succès une véritable « révolution cultuelle » au tournant du Ve et du IVe s. av. J.-C. Cependant, les divinités nouvelles furent d’abord hébergées dans des temples construits en architecture vernaculaire, avec une structure en bois que quelques traces archéologiques permettent de reconstituer dans les grandes lignes. Apollon et Artémis reçoivent des noms en langue lyciens ou d’apparence lycienne : les linguistes n’ont pas encore réussi à trancher sur ce point.

Moins d’un siècle plus tard, l’annexion de la Lycie par Alexandre le Grand en achève l’hellénisation mais si, peu après, les Lyciens décident de construire de nouveaux temples, de type grec cette fois, pour la triade apollinienne, il semble qu’ils aient soigneusement conservé les temples primitifs en bois à l’intérieur des nouveaux édifices en pierre. Dans l’hellénisation de la religion lycienne, c’est donc la volonté politique d’un monarque non grec qui a joué le rôle principal, mais le passage s’est fait en réalité progressivement, sans doute afin de respecter la sensibilité religieuse de la population indigène.

La christianisation de la Lycie a probablement été précoce, comme l’attestent la floraison d’églises à la période protobyzantine et la place avantageuse de cette région dans le développement du culte (saint Nicolas de Myra). À Xanthos, le sanctuaire de Léto est bien évidemment doté lui aussi d’une église (Ve s.). On ignore à qui elle était dédiée mais il est évidemment tentant de supposer que c’est la Vierge Marie qui a remplacé la déesse Léto… Par ailleurs, les fouilles ont montré que le temple de la déesse païenne avait survécu quelques temps à la disparition du paganisme. On doit s’interroger sur les raisons de cette coexistence surprenante.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *