abstract Mahieu

Observations et réflexions sur les modalités de l’implantation monumentale cultuelle chrétienne dans la Rome du IVe siècle.

Le cas du Latran : entre continuité et rupture

Vincent Mahieu

Université catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve, Belgique
École Pratique des Haute Études, Paris

Si la nouveauté topographique de la Rome du IVe siècle est sans conteste l’implantation chrétienne visible aussi bien intra-muros que dans le suburbium, il n’en reste pas moins que cette monumentalisation du culte doit s’intégrer dans un paysage religieux loin d’être vide ou neutre et suit une logique dont les ressorts, fort complexes, ne relèvent pas que de l’inédit. Les lieux de culte du polythéisme n’ont en effet pas disparu ; certains subissent encore des restaurations ; d’autres semblent toujours connaître une certaine fréquentation cultuelle. C’est dans cet espace que l’empereur, dont l’intervention publique en matière d’édifices religieux est une réalité bien installée, et l’aristocratie, caractérisée par une tradition d’évergétisme et de fondations religieuses privées, vont pourvoir la cité en basiliques et tituli. Se pose dès lors la question des modalités de cette implantation chrétienne dans le tissu urbain et suburbain.

Débutant par d’indispensables remarques méthodologiques, notamment sur les sources disponibles, leurs apports et limites, et la nécessaire distinction des facteurs à l’œuvre (pratiques/idéologiques) dans ce phénomène, je propose un éclairage par le biais d’une étude de cas. Révélateur de certains de ces ressorts, la réalisation constantinienne du Latran constitue en effet un bel exemple de cette transition, trop souvent brouillé par son image d’omnium urbis et orbis ecclesiarum mater, fondée par la figure « mythique » du premier empereur chrétien.

Certes, il s’agissait selon toute probabilité du premier édifice de culte officiel dédié à la divinité des chrétiens et son aspect extérieur divergeait grandement des habituelles demeures des dieux. Pourtant, le besoin spécifique des chrétiens d’accueillir la communauté à l’intérieur du bâtiment durant la cérémonie a simplement poussé à reprendre une forme architecturale « civile » bien connue. Quant à l’acte de fondation de Constantin, en prenant soin de ne pas l’interpréter trop promptement comme le point de départ d’une volontaire christianisation matérielle de la cité, on peut le replacer dans la série des édifices religieux édifiés par un empereur à sa divinité favorite, en particulier en remerciement après une victoire militaire (d’où son nom initial d’église du Salvator). Concernant son emplacement, l’idée d’un évitement du centre historique de Rome pour ne pas froisser les « païens » est là aussi peut-être un peu rapide. Outre la question de la réutilisation des temples, y avait-il l’espace disponible ? Sans doute pas pour une construction impériale de cette ampleur. Et puis, sans être vraiment très loin du centre, elle occupe, intra-muros, l’espace symbolique du camp rasé des Equites Singulares et réside au sommet du Caelius, une colline qui connaît et connaîtra un intéressant dynamisme religieux au IVe siècle (Basilica Hilariana, mithrea, églises S. Clemens et SS. Quattuor Coronati).

Le cas du Latran, posant plus que questions (spécifiques et générales) qu’il n’y paraît à première vue, constitue de ce fait un stimulant point de départ pour une réflexion plus large sur les modalités de l’implantation chrétienne dans l’Urbs et leur éventuelle évolution.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *