abstract Seigneuret

« Du temple nabatéen à la désacralisation omeyyade : l’établissement cultuel de Khirbet edh-Dharih (Jordanie) »

SEIGNEURET DELPHINE 

À 80 km au nord de Pétra et à une centaine de kilomètres au sud d’Amman, le site de Khirbet edh-Dharih se présente sur une terrasse naturelle qui, d’une part, domine d’une cinquantaine de mètres la rive droite du Wadi La‘ban, affluent de la rive gauche du Wadi al-Hasa et, d’autre part, fait face, à l’est, au Jabal Usba.

Les fouilles archéologiques, précédées d’une campagne de prospection préliminaire, ont débuté en 1984 sous la direction de F. Villeneuve (professeur à l’université de Paris I) et se sont achevées en 2007. En 1991, s’est joint au projet une équipe jordanienne de l’Institut d’archéologie et d’anthropologie du Yarmouk dirigée par Z. al-Muheisen avec le partenariat du département des Antiquités de Jordanie. Ces travaux, étalés sur 23 années, ont permis de mettre au jour et d’étudier le sanctuaire, élément majeur du site.

L’importance du site de Khirbet edh-Dharih se constate à mesure de l’avancée des études. Au cœur d’une zone densément peuplée durant l’Antiquité, ce village devait avoir le rôle de chef-lieu. L’étendue de l’endroit permet d’avoir une vision globale d’un établissement nabatéen en milieu rural avec toutes ses composantes : un sanctuaire, des habitations, des nécropoles, un caravansérail ainsi que des bâtiments agricoles.

Si l’on met de côté les premières occupations du site au Néolithique, à l’âge du Bronze Ancien et à l’époque édomite, l’histoire de Khirbet edh-Dharih a débuté vers le tournant de l’ère chrétienne avec un premier établissement cultuel. Le sanctuaire du Ier siècle ap. J.-C. était composé d’une seule cour de temenos au nord de laquelle se situait un petit temple dont le dallage est encore visible aujourd’hui grâce à un sondage effectué dans le sol de la cella du temple du IIe siècle de notre ère. Durant la première moitié du IIe siècle, au moment de l’annexion de la Nabatène à l’Empire romain, l’ensemble a été remanié : deux grandes cours permettaient d’accéder au nouveau temple situé dans le secteur nord. La construction générale du sanctuaire s’est donc échelonnée du Ier siècle au IIIe siècle ap. J.-C. Le séisme de 363 a fortement secoué le site mais n’a pas détruit le temple païen et le village qui ont néanmoins été abandonné au IVe siècle. Cependant, le village de Khirbet edh-Dharih a été réoccupé deux siècles plus tard par une communauté chrétienne. Le temple nabatéo-romain a été converti en église dédiée a priori à Marie Théotokos ; le sanctuaire, quant à lui, en village byzantin.

Cette communauté chrétienne subsistera jusque vers la fin du VIIIe siècle voire même un peu après, sans doute convertie à l’islam. L’installation omeyyade s’est concentrée elle aussi au niveau de la seconde cour du temenos. L’activité était pour l’essentielle agricole ; le temple a été transformé en lieu d’habitation avec logements, étables et entrepôts. Un séisme durant la seconde moitié du VIIIe siècle a alors entraîné un nouvel abandon.

 

Il s’agira donc, durant cette communication, de montrer l’évolution spatiale chronologique et fonctionnelle depuis la fondation du premier temple nabatéen, jusqu’à la transformation de ce lieu de culte en église byzantine puis en établissement agricole omeyyade tout en s’interrogeant sur la question de l’iconoclasme et des figures sculptées martelées et/ou sur leur réemploi le cas échéant à travers différents exemples précis.

 

En effet, le décor sculpté du temple nabatéen de Khirbet edh-Dharih au niveau de la façade et du môtab était composé de splendides représentations symboliques qui sont d’un grand apport pour une meilleure connaissance de cette religion sémitique : bustes zodiacaux personnifiés, divinités insérées dans des cadres ou des médaillons, frises avec scènes rituelles, ornementations dans des cadres (animal nourricier, taureaux et lions, autels du feu …). Malheureusement ces éléments sont dorénavant difficilement analysables en raison de l’iconoclasme qui s’est produit durant les implantations ultérieures.

Deux types de martelage sont d’ailleurs discernables : celui des éléments figurés des cadres est beaucoup plus soigné que celui du buste zodiacal de la Balance, par exemple, ou celui des bustes dans des cadres et dans des médaillons de la cella.

Lorsque le temple a été transformé en église, sa façade est alors restée ornée des bustes et de représentations mythologiques, les Chrétiens pouvant tolérer aisément la présence d’un tel décor en assimilant les symboles païens de la frise aux saints. Dans le courant du VIIe ou VIIIe siècle, le village a progressivement été islamisé et le temple a été désacralisé, servant de bâtiment agricole.

Le sommet de la façade, initialement à plus de 12 m de haut (entablement et fronton), a chuté en 749 suite à un tremblement de terre et, comme nous le montrerons, ces blocs, non martelés, ont été amortis par l’étable accolée devant. Cependant, toutes les représentations de la partie basse de la façade, restée en place, ont été martelées.

Peut-on alors supposer que toute la façade était intacte avant cette date ? Doit-on voir à Khirbet edh-Dharih un iconoclasme de « transition » par des communautés chrétiennes supposées influencées par l’islam ou à une destruction des images méthodique sur la partie inférieure de la façade restée en place, lors d’une réoccupation de la fin du VIIIe siècle ou du début du IXe siècle ? La question est soulevée et mérite un approfondissement et des discussions lors de ce colloque.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *