abstract Antonioz

Le temple salomonien (1 R 5–9)

ou l’architecture d’une faillite politique

Stéphanie Anthonioz

Faculté de Théologie de Lille, UMR 7192 (CNRS/Collège de France)

 Il est courant, en exégèse de l’Ancien Testament, de souligner que le temple salomonien (1 R 5–9) est bâti selon le modèle du sanctuaire idéal sacerdotal (Ex 24–40). Le sanctuaire de l’Écrit sacerdotal (P) est effectivement souvent qualifié d’idéal. De fait, il répond à certaines normes des constructions anciennes. Et d’abord, son modèle en est révélé comme il convient aux constructions sacrées. Et c’est selon cette révélation que chaque élément du bâtiment portatif, son mobilier et ses ustensiles sont réalisés (Ex 25,9.40 ; 26,30). Par ailleurs, Moïse tient le rôle de médiateur, une fonction royale dans l’Orient ancien, puisque c’est dans la nuée et le feu, la gloire de Yhwh (Ex 24,15-18), que Moïse se tient 40 jours et 40 nuits pour recevoir le modèle du sanctuaire. Le sanctuaire idéal (donc littéralement construit selon une idée), la médiation mosaïque et le culte fonctionnel, puisque l’autel des holocaustes entre en service au terme de sa réalisation (Ex 28–29 ; 40,29-32), ancrent ce récit dans la théologie ancienne du temple, lien, pilier ou cordon ombilical entre le(s) dieu(x) et les hommes, le ciel et la terre. Or un examen approfondi met en lumière que la construction du temple (1 R 5–9) n’est pas à l’image du sanctuaire idéal et que les textes mettent en œuvre une stratégie de « reconversion » qui fait passer de l’idéalité à une réalité marquée par des enjeux politiques et théologiques : les failles contenues dans la réalisation salomonienne semblent effectivement rendre compte d’une crise sans commune mesure, l’interruption du culte. Mais c’est aussi cette faille qui entraîne un « repensement » théologique : l’espace sacré du sanctuaire est redéfini et sa divinité Yhwh est alors relocalisé au ciel.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *